Méthodologies

Pourquoi apprendre à l’ère d’Internet?

On a tendance à penser qu’avec Internet et la possibilité que cela offre d’accéder à une somme de considérable de sources d’information il n’est plus utile d’apprendre et d’apprendre à apprendre. Mais est-ce bien vrai?


Internet et ses promesses

Internet offre une somme considérable d’informations, informations qu’il est difficile de trier si l’on ne possède pas la méthodologie et les connaissances nécessaires pour mener à bien une recherche. De plus, il est question d’informations et celles-ci sont à différencier des Savoirs. Un savoir est une donnée qui s’inscrit personnellement dans une psyché, reliée à d’autres savoirs. Dans l’éventualité où les données trouvées sur internet ne seraient mémorisée et reliées à d’autres savoirs pour ensuite être utilisées à bon escient, il ne s’agirait alors pas de connaissance, ni de savoirs, pire encore, non reliée, ne faisant pas sens et n’étant pas utilisée, ces données seraient vite évacuées de la mémoire : la fonction de l’oubli étant un mécanisme cognitif normal.

Externaliser la mémoire

Peu à peu, l’homme trouve des techniques pour externaliser sa mémoiregoogle-on-your-smartphone-1796337_1280 et ne plus l’encombrer de choses qu’il est possible de stocker sur un support. Des numéros de téléphone aux règles d’orthographes fondamentales, nous laissons le soin à nos appareils de stocker ou l’information et avec le développement de la mobilité, nous avons à présent accès à une somme considérable de savoirs à tout instant pourvu que l’on ait du réseau.
Et ce n’est pas totalement un mal puisque cela libère du temps et de l’espace pour d’autres choses plus intéressantes.

Cependant, la mémoire et les savoirs jouent un rôle clef dans la construction de la pensée et ne posséder aucune connaissance va appauvrir la réflexion. Comme beaucoup de choses, c’est donc un pharmakon, remède et poison à la fois, et la technique est à la fois un bien et un mal.

Pour ceux que cela intéresse, un article du CNRS Le Journal d’octobre 2014 traite de manière très claire et très simple le sujet.

Article Journal CNRS
Article Journal CNRS

Comment apprendre?

Méthodologie : la voie à suivre.

Le terme méthodologie est formé à partir de deux mots grecs: methodos et logos.

Methodos* qui a donné le mot méthode en français est formé à partir du mot meta qui a le sens ici de « vers, à la recherche de. » et du terme hodos qui signifie quant à lui « route, voie ». Méthode veut donc dire « cheminement poursuite ». Du fait constatif, le terme désigne ensuite un concept normatif, du « chemin suivi » au « chemin à suivre » ; de là le sens de recherche, doctrine scientifique, traité est apparu.

-LOGIE/LOGUE**: Les préfixes et suffixes sont pour beaucoup eux aussi issus de la langue antique que l’on retrouve dans diverses formations de mots, de langues romanes notamment. Logia qui veut dire « théorie » et logos qui signifie « discours » ne laissent que très peu de doute sur la signification de ce morphème préfixal. away-1019888_1280Apprenez bien ce suffixe car il entre dans la composition d’un grand nombre de mots en français.

Ainsi la formation de ce mot comme beaucoup d’autres peut être observé sous la forme d’une équation (quasi) mathématique : (A+B)+C= D

Soit A = meta = vers, à la recherche de.

Soit B = hodos = route, voie, chemin.

Soit C = -logos = théorie, discours sur.

Soit D = (méthode)+logie= discours sur la voie à suivre, théorie de la démarche.

Apprendre à apprendre, apprendre à travailler.

Vous trouverez donc ici des outils, des méthodes et techniques pour apprendre à apprendre et apprendre à travailler.

Mis à jour le 10/01/17

 


Notes:

* et ** : Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey